dimanche 4 mai 2008

Particulier loue studio ou chambre contre petits travaux

La sœur d'un de mes amis cherche désespérément un local depuis quelques temps.
Pour la petite histoire, son proprio avait décidé de vendre le petit studio dans lequel elle vivait depuis quelques années. Alors après les quelques mois de préavis, les recherches infructueuses par-ci et par là, elle était obligée de quitter le studio en question.

Nice étant une ville où le prix de l'immobilier est en constante hausse, c'est difficile pour une étudiante de trouver chaussure studio à son pied (pas moins de 500Eur charge non comprise). Etant encore en licence elle n'a pas droit à une chambre universitaire (encore une erreur du système français car il faut être étranger et/ou étudiant en master 2 ou doctorant pour être prioritaire dans l'attribution des chambres universitaires; bien sûr les cas sociaux, les pupilles de la nation sont prioritaires).
F (c'est son initial) a donc été obligé de se loger dans la minuscule chambre universitaire de son frère (leurs parents étant à 1 000km d'ici).

Et en même temps elle cherche un studio, une chambre ou une coloc.
Manque de pot, elle n'en trouve pas jusqu'ici! Etant encore étudiante, elle ne travaille pas suffisamment pour que sa fiche de paie corresponde aux exigences des futurs proprios (2 ou 3 fois le montant du loyer), de plus c'est pour cela qu'elle a pu louer son ancien studio, vue que gentils comme ils sont les proprios (tiens c'est un couple de ch'tis!!lol) n'ont pas exigé de garant ni de quoi que ce soit. Ils ont fait confiance à F.
Le salaire de ses parents étant insuffisants pour qu'ils puissent se porter garant à leur tour! Ayant encore des enfants à charge à part elle. Elle est donc bien obligée de galérer seule.


Finalement, à bout des agents immobiliers et petites annonces dans les journaux, F a décidé de voir sur internet. Elle a laissé des annonces et tout mais au bout d'une semaine, personne n'appelait.
Finalement, elle a vu une annonce qui a l'air alléchant: "Particulier loue studio 25m² contre petits travaux". Ma copine était aux anges en voyant l'annonce, elle s'est précipitée de répondre. Elle pensait que petits travaux signifiaient entretien de la maison des proprios, garde d'enfants ou des trucs de ce genre...ben oui beaucoup le font depuis des lustres.

Après des échanges mails et téléphoniques, F et un monsieur dont la voix et les paroles ont l'air "respectables" se sont convenus un rendez-vous pour visiter le studio en question.
Tout était normal, a priori le studio était joli (d'après elle :), en plus d'être propre, il était refait à neuf et se trouve dans une résidence avec piscine, un grand balcon, etc...jusqu'à ce qu'on parlait des petits travaux.
Ma copine a pris les devant en avançant au monsieur qu'elle accepterait volontiers, les petits travaux ménagers (il était assez mature pour avoir un enfant à bas âge à garder) si ce n'est que ça.

C'était sans compter les intentions du proprio en question. Lui il pensait à la laisser vivre dans le magnifique studio en échange de petits travaux d'entretien mais aussi des "petites gâteries!!!" (pas si petites que ça en fait). Il a même prévu la fréquence de sa venue pour réclamer son "loyer"! le pervers.......


Elle était tomber des nus et tout en l'écoutant parler a fait semblant de chercher les toilettes pour finalement filer à l'anglaise (c'est courant!lol)



Je suis sure, que le cas de F n'est pas isolé! Comme quoi, faut jamais se fier aux apparences! et faut toujours se méfier...



En passant, la prostitution
estudiantine est de plus en plus fréquente par les temps qui courent. J'ai récemment lu: "Mes chères études" de Laure D. coécrite avec Caroline Vigoureux. Un livre autobiographique de Laure, qui est devenue une prostituée après des déboires à payer son loyer, à travailler (notons également qu'avec le nombre d'heures de cours, en 1ère année c'est quasi-impossible de travailler en même temps à part sécher les cours bien sûr).
J'étais effarée, en voyant le chiffre avancé de 40 000 étudiantes qui se prostituent pour payer leurs études, pour vivre, et par ricochet habituées à cet argent "facile" tombé du ciel (je ne sais pas si elles étaient au 7ème!), elles continuent et tombent dans le cercle infernal de la prostitution (habituellement, elles ne sont pas péripatéticiennes, elles conviennent plutôt des rendez-vous par internet, ensuite par téléphone pour les habitués.
Si vous ne l'avez pas lu, je vous le recommande c'est assez intéressant...



Pour la petite histoire ma copine peu de temps après cette rencontre (et après le choc de l'entrevue avec le monsieur) a finalement trouvé un local dans une résidence respectable!ouffff et avec comme proprio une mamie qui a seulement besoin d'un peu de companie...

3 commentaires:

miangaly a dit…

eee misaotra ny fiainana tsy voatery mandalo amizany aloha (hatreto!).

Mafy le te-hahita fianarana. Dia ny ankizy sasany mandeha oniversite any an-tanindrazana tambazana bourse vao mety mandeha mianatra (raha tena hoe hianatra ary izany)

trinitty a dit…

j'ai écris un post sur ce sujet y a quelques temps, c'est désolant en effet :-(

maintikely a dit…

miangaly: marina akia izany
avy eo ny toerana lasan'ny te hahazo bourse fotsiny dia ny te hianatra tsy tafianatra


trinitty: d'accord avec toi