jeudi 28 août 2008

I have a dream

"And so even though we face the difficulties of today and tomorrow, I still have a dream. It is a dream deeply rooted in the American dream.

I have a dream that one day this nation will rise up and live out the true meaning of its creed: "We hold these truths to be self-evident, that all men are created equal."

I have a dream that one day on the red hills of Georgia, the sons of former slaves and the sons of former slave owners will be able to sit down together at the table of brotherhood.

I have a dream that one day even the state of Mississippi, a state sweltering with the heat of injustice, sweltering with the heat of oppression, will be transformed into an oasis of freedom and justice.

I have a dream that my four little children will one day live in a nation where they will not be judged by the color of their skin but by the content of their character.

I have a dream today!

I have a dream that one day, down in Alabama, with its vicious racists, with its governor having his lips dripping with the words of "interposition" and "nullification" -- one day right there in Alabama little black boys and black girls will be able to join hands with little white boys and white girls as sisters and brothers."


Une partie du plus célèbre discours de Martin Luther King qu'il a prononcé 5ans avant son assassinat. Un discours prononcé le 28 aôut 1963. Soit 45ans jour pour jour aujourd'hui.

Mais 45ans après, qu'en est il du racisme? qui comme nous le savons tous, a été le fil directeur de ce discours mais aussi et surtout le fléau qu'il a essayé de combattre toute sa vie et dont il a aussi payé de sa propre vie.


Aujourd'hui, il semble normal de voir un noir dans la rue, de bosser avec un black, de voir ses enfants blancs côtoyer des petits nègres etc... On ne se pose plus la question mais d'où vient ce noir quand on en voit un dans la rue. Le schisme entre noir et blanc a l'air de ne plus être d'actualité. Le ku klux klan a perdu de sa superbe. Le groupe existe toujours mais avec une action moindre.


Mais le racisme a pris d'autres formes, ce n'est plus entre noir et blanc. Le problème de couleur, certes, existe toujours, mais avec beaucoup moins de percussion.
Si auparavant on chasse un noir à coup de fusil, s'il lui est interdit de monter dans un même wagon de métro qu'un blanc, aujourd'hui c'est plutôt du genre pour deux postulants à un même poste, ayant les mêmes diplômes, le même parcours et les mêmes références, on a tendance à prendre le blanc. Dès qu'on voit un MAMADOU à coté d'un LEBLANC on ne se pose même plus la question. Le noir a donc intérêt à être le meilleur que ce soit à l'entretien ou dans la rédaction de sa lettre de motivation ou autres. Et même dans un pays africain, une entreprise nationale a tendance à payer plus cher (largement cher) un ressortissant étranger travaillant pour la dite société par rapport à un collaborateur, enfant du pays, et ayant fait les mêmes études et ayant le même travail que le premier.

Il y a une cinquantaine d'années, si on tuait ou si on mettait aux poteaux les blancs qui sont défenseurs des nègres, aujourd'hui, malgré l'abolition de l'apartheid, malgré l'accès aux votes pour les noirs en RSA, un noir reste un noir. Certes, noirs et blancs ont les mêmes droits, et pourtant dans le partage de la richesse, c'est toujours les blancs qui sont majoritaires.
Même si le gouvernement australien a fait des excuses officielles aux aborigènes, ces derniers sont toujours une population noire, une population qu'on a tendance à exclure de la population australienne. Et pourtant ce sont les vrais australiens. C'est comme le cas des Indiens d'Amérique, on les considère comme des étrangers, on les a chassé, on les a persécuté et finalement ce sont les immigrants qui sont devenus plus américains qu'eux. Certes ce sont des cas assez isolés, et pourtant ils restent encore inacceptables.

Le racisme n'est pas éradiqué, au contraire il a semblé changer de cible, il n'est plus seulement affaire de couleur de peau. Ce n'est plus tu es noir ou tu es blanc. C'est plutôt, tu es musulman; moi je suis juif; toi tu es tutsi et moi je suis hutu; tu es merina moi je suis tanindrana; tu es andriana moi je suis andevo, tu es de droite; moi je suis de gauche; moi je suis riche toi t'es pauvre; toi tu es parisien moi je suis marseillaise; t'es gay, moi je suis hétéro; tu es catho je suis protestant, tu es du Sud, je suis du Nord.


Il semble que les deux premiers articles des droits de l'homme n'est qu'un leurre, le racisme existe toujours. La distinction de race, de religion, de sexe, de couleur, de richesse et tout ce qu'on veut n'a pas subitement disparu car des membres des Nations Unies ont voté contre. Un grand pas a été fait mais il n'est pas encore suffisant, ce n'est même pas la moitié du chemin qui a été parcouru.


9 commentaires:

Anonyme a dit…

Je suis un de ces nouveaux racistes. Pour ne pas divulguer quels genres de races je n'aime pas, on va dire que ce sont les gougouris.

Je suis donc raciste envers les gougouris. Je ne les aime pas parce que, chez moi, j'aime mettre de la musique douce, et eux, ils font une pollution sonore intolérable, ils mettent un CD à 40 décibels, avec une musique rythmée que je n'apprécie pas, et je suis forcé d'entendre ça.

J'utilise les gros mots uniquement dans mes blagues débiles, et je me garde bien d'en prononcer devant mon enfant; eux, ils s'insultent comme ils respirent et à haute voix.

Quand on assiste au fivoriambem-pokonolona, j'aimerais bien simplifier les choses, mais eux, ils vont chercher la petite bête.

J'aime être propre, mais je ne peux nettoyer que ce qui est chez moi. Dehors, bonjour l'insalubrité.

Dans mon ancien emploi, je crois que les recruteurs étaient racistes. Il y avait 4 ou 5 gougouris sur un effectif total d'environ 700 employés. Un des gougouris est médecin, et un jour, je suis allé le voir et je lui ai demandé gentiment s'il pouvait me prescrire un médicament assez fort parce ma grippe persiste. Il m'a répondu que puisque j'étais le médecin entre nous deux, quel médicament je propose? Y a que les gougouris qui raisonnent de cette manière, et normal qu'on ne choisit pas un gougouris quand on fait un entretien. Chaque fois que je veux bien croire qu'un gougouri est différent, devinez-quoi? Je me trompe toujours.

Donc, je suis raciste envers les gougouris, et si je perçoit que tous les gougouris ont ces traits de caractère qui les distinguenet, et que je n'apprécie pas, c'est ma perception qui est biaisée, il y en aurait quelques uns qui se comportent étrangement mais pas tous les gougouris de la planète.

-- Pour cette fois, le raciste poste anonymement, si tu permets --

Rajiosy a dit…

Oui, il y a des rêves. Il y a aussi le chaos de la vie, c'est-à-dire de l'Histoire. Ce rêve décrit un chemin idéal mais comme nous le savons les voies de l'Histoire (comme celles de Dieu) sont impénétrables.Nous sommes tous bien peu de choses face aux siècles des siècles.

On peut aussi croire aux f'O-messies :-)

simp a dit…

S'il y a une catastrophe natrulle/artificielle de telle sorte q la population sur la terre diminue considerablement ou q les marsiens attaque la terre, je suis sur q'il n'y aurai plus de racisme.

-> il nous faut une cause commune auquels on s'unisse ts.

En attendant, c'est la vie!!!

maintikely a dit…

anonyme: j'ai adoré le puisque c'est toi le médecin quel médicament tu prescris. Ce n'est pas contre toi mais c'est comique.
Sinon tu peux poster anonyment autant que tu veux (j'ai l'impression de connaître la signature mais bon je ne vais pas non plus m'étaler la dessus)
bisous


rajiosy:les voies de l'histoire sont impénétrables.
Trop profond comme réflexion :roll:


simp: c'est vrai en plus, mais quand les martiens seront combattus, ça revient au même

jogany a dit…

maintikely cest genial on s'Accorde sur le point que simp vienne de Mars comme les femmes de V.nus et Rajiosy de Pluton.Moi aussi je suis raciste contre les légumes verts et oranges...
c'est l'ignorance qui mène au racisme mais aussi le manque d'amour por soi et les autres. Une bonne dose de wikipédia, voyages (a Behoririka ou dans le Grand Sud), tu t'invites ta petite personne dans un autre monde, un autre mode de vie, tu te forces, tu regardes aussi TA personne qui n'est pas des fois aussi appréciable....
tu te dis...ah oui il y a de tout pour faire un monde et les cons ne sont pas obigés d'être blancs ou noirs. C'est une race a part!

bisoux be
(jogany qui se dit qu'elle a trop trop de trucs a rattraper)

maintikely a dit…

jogany: je suis très d'accord sur le rajiosy viens de pluton. C'est un être à part.
T'aime pas non plus les oranges? :D


L'ignorance peut-être bien. Mais fait assez marquant quand on regarde de près, les vrais racistes ne sont pas si ignorant que ça. Ceux qui veulent provoquer des guerres tribales sont surtout les mieux lotis et les intellectuels de son pays (suivez mon regard...)etc...

Anonyme a dit…

Encore le même anonyme, oui, vous me reconnaissez sûrement, je fais exprès de montrer qui je suis, car si je me fais anonyme, c'est pour les autres lecteurs qui ne me connaissent pas et qui se fâchent pour des riens... :D

Le robot derrière ton blog est raciste, comme captcha, il me propose de taper le texte iamhiv. Je suis le VIH moi? :'(

Quand au coup du "Puisque c'est toi le médecin...", c'est une des principales situations que je déteste. Je sais pas pourquoi... C'est comique mais je supporte pas.

Fanou a dit…

Mampme koa ty anonyme ty mais je veux bien te croire, moi aussi dans certaines situations je deviens "racistes";
autre chose complètement différent: à chaque fois que j'entends ou revois ce discours, j'ai des frissons, c chelou

Mitia
ahoana daholo ô! de retour de Mada (tsy misy brume zany aloha any e! tsy mangatsiaka amiko, nahazo masoandro bz zahay tao Tanà); ben que dire, mazotoa ary @ rangement sns...c le + galère
c quand l'arrosage ny trano e? Ahoana moa lay filaza azy @teny vaza? Tsy tadidiko ntsony, niraikitra gasy loatra ny lelako tany. ça me reviendra...bientôt ah voilà la crémaillère? Alors? Après avoir tout rangée bien évidemment.

Mitia
http://maman-gasy.mabulle.com/

maintikely a dit…

anonyme: hahaha
même à moi il me fait ça ce robot, quand je ne me connecte par sur google :)
mais t'es d'une drôlerie :D


fanou: c'est clair que certaines situations font en sorte que l'on pense comme tel. Moi je trouve qu'on devrais faire la part des choses :)

tu sais, un de mes profs a fait la remarque suivante: tous les fraudeurs (attrapés bien sûr) sont des ....(je ne dirai pas la nationalité) mais tous les .... ne sont pas des fraudeurs. C'est dire que mettre tout le monde dans un même moule n'a jamais été la solution idéale.