samedi 26 avril 2008

On s'est aimé

Une histoire banale comme une autre, une histoire inintéressante comme une autre. Mais voilà c'est votre histoire et après coup on se rend compte que cela n'arrive pas qu'aux autres, non cela peut arriver à n'importe qui même vous. Enfin de compte, on n'est pas si exceptionnel que ça, on est comme tout le monde.


Depuis quelques temps, mes pensées vont vers une explication, une réflexion sur l'amour, plus spécialement le désamour. Cette période qui se situe après la rupture, après une séparation ou même juste avant la fin d'une relation (faut pas s'étonner, je veux toujours une explication à tout et sur tout!lol)
Je me demande comment une belle histoire d'amour puisse se terminer d'un coup, surtout que l'histoire en question a duré des années...

On croise la route d'une personne et on sait déjà que c'est LA bonne personne, celle qui sera notre compagnon de route pour la vie, on est sûr que cette personne est notre âme sœur et tout et tout. On arrive même à se demander comment on a pu vivre sans elle durant toutes ses années. Et ce qui ne gâte rien, l'autre aussi éprouve les mêmes sentiments que nous. Va pour une histoire qui ne fait que commencer...

On s'aime et on s'adore, la vie est belle, tout marche comme sur des roulettes (enfin presque), on parle d'avenir, on se confie nos buts et fait en sorte que ceux de l'un et de l'autre vont ensemble , on parle mariage, on prévoyait même jusqu'au nombre d'enfants qu'on aura et à quel âge on les aura... bref c'est deux destins qui se croisent et qui pensent et font tout pour que cela ne s'arrête jamais.

Et pourtant, les années ont passé, la routine s'installe, la confiance s'effrite à cause d'actes involontaires, à causes de mots lancés sans être pensés, un manque de confiance en soi s'immisce dans la vie du couple, un manque de confiance aussi dans le couple lui-même. On se rend compte qu'il y a un problème et on essaie de réparer les dégâts, on essaie de discuter avec l'autre mais malecontreusement un manque de compréhension et de communication se fait de plus en plus entendre...

Une parole, un regard, des sous entendus, et on sait que c'est la fin de l'histoire. On n'arrive pas à croire qu'elle puisse finir ainsi et on tente une dernière chance. Mais pour l'autre c'est la goutte d'eau qui a fait déborder le vase...Vers la fin, on sait que l'autre est là quelque part mais il devient inaccessible. Un mot, une phrase et tout est fini, en raccrochant le téléphone, on se dit qu'à cette seconde précise l'être aimé est parti, que rien ne pourra plus être sauvé, et on réalise sur le coup que notre vie ne sera plus la même, que quelque chose en notre for intérieur est cassée et qu'on ne sera plus la même personne.

On se dit pour se convaincre que c'est mieux ainsi, on ne va pas non plus retenir quelqu'un qui veut partir et s'en aller, quelqu'un qui ne veut plus de nous. Comme on ne veut que son bonheur, on l'a laissé au détriment de notre propre joie et bonheur (quel altruisme!). On estime qu'on aura assez de force et de courage pour passer à autre chose! C'était sans compter la souffrance, le sentiment d'abandon, la déchirure et les mots douloureux qu'on s'est lancé à la figure.

Après la rupture, il y a aussi la relation avec l'autre. Côté plus pragmatique: que vais-je faire de ses affaires? Et de mes affaires, aurais-je assez de courage pour aller chez lui? Comment faire si on se rencontrera dans une rue. Faire comme si de rien n'était ou lui dire bonjour? Faire comme si on est deux étrangers et ne se regarder même pas? Jouer les indifférents? Et les amis qu'on avait en commun, toujours les fréquenter ou changer carrément de fréquentation, donc forcément d'habitude, de loisirs, de vie?

Les jours passent et on s'efforce de vivre, de survivre, de faire comme si de rien n'était, de sourire aux autres, aux amis et faux amis, de leur montrer que tout va bien alors que tout va mal (orgueil mal placé(?). On se dit que tout finira par s'arranger, que ce n'est qu'un mauvais cap à passer, que l'on vivra d'autres jours meilleurs, que de nouvelles amours nous attendent ailleurs... Facile à dire qu'à faire lorsqu'on a tout perdu: l'être aimé, l'ami, l'âme sœur.

Le processus de désamour a commencé et ce n'est pas évident. On se dit que c'est mieux ainsi, que de toute façon être ensemble fera plus de mal à l'un et l'autre qu'être séparé. On voudrait oublier mais comment faire quand tout rappelle la personne partie vers d'autres horizons. On voudrait la haïr pour tout le mal qu'elle nous a fait (il paraît que l'amour et la haine sont deux sentiments très proches). Malgré tout, on n'y arrive pas, on l'a trop aimé pour cela. Et on se déteste d'avoir toujours des sentiments pour l'autre.

Des mois après, on devient plus mûr, plus réfléchi, plus lucide, mais aussi plus blasé, notre spontanéité a disparu, on devient plus méfiant, plus réservé, notre regard sur le monde a changé. On est guéri, enfin presque, c'est sans compter un cicatrice, une larme, un sourire, un souvenir, une chanson qui nous rappelle une histoire passée, une page tournée, une vie révolue, un amour perdu à tout jamais et pour de bon...On ne regrette rien mais malgré tout une amertume est toujours là, un souvenir au goût si amer preuve vivante d'une vie passée qu'on ne pourra plus rattrapée ni changée, une déchirure au fond de vous qui vous ronge et dont vous savez l'existence.


Morale
du post de l'histoire : malgré la souffrance, vaut mieux endurer tout cela que de ne pas avoir aimé du tout...
C'est pas beau ça? dixit les TAC


La suite au prochain numero :-D

11 commentaires:

jogany a dit…

un amour chasse un autre ki an
donc il est temps d'aller te chercher une petite passion quelque part.... que ce soit pour les glaces ou les chaussures llol

bisoux be

maintikely a dit…

jogany: tu sais, je crois que peu de chose réussira à altérer mon amour incommensurable des chaussures! lol

bizz njy

nante9 a dit…

Pour enfoncer le clou, il fo voir les films de wong kar wai: In the mood for love et surtout 2046. Du très haut niveau dans le traitement de la relation amoureuse. Et ce n'est pas banal du tout car chaque personnage vit différemment l'histoire. Dans 2046, j'insiste sur la scène qui montre comment enterrer un secret.

pissoa a dit…

Tres zoli post (and guyz … you really make me enjoy reading French again … )

Ah la la, the “desamour” – God knows how badly can it hurt lol, but “On n’oublie jamais rien, on vit avec” says (who??? I don’t remember lol).

Some favorite sayings my friends used to help me cope with a break-up (bon – tsy haiko izay diso sy marina but it helps lol)

- As long as you stay alive … you will survive.
- You can endure so many break-ups, but not one with your very soul mate.
- A break-up means that you’re one step closer to the one you’re supposed to be with forever.
- He left … and so what? Sushi still taste damn good! (Ah – that’s my very best lol … hi hi hi)

maintikely a dit…

nante9: je n'ai pas encore eu l'occasion de voir ces films mais je vais y remédier dès que l'occasion se présente, merci de me les avoir communiqué :)


pissoa: merci pissoa, c'est gentille.
On n'oublie jamais rien on vit avec c'est hélène ségara et laura pausini :)

je vais méditer sur ces philosophies de vie :). Il y a de vrai là dedans mais tu sais celui avec qui tu seras pour toujours n'est pas forcément celui que tu aimes. bon j'arrête fa lasa complainte pathétique ilay izy!hihihi

pour les sushis c'est bon mais avec modération pour ma part, je ne suis pas très tsonjo ;)

Rajiosy a dit…

"on n'oublie rien, on s'habitue, c'est tout" : poika Jacques Brel !!

Crjo a dit…

Très joli post effectivemment. Ca fait appel à quelque chose que chacun a vécu plus ou moins recemment;)

Sinon j'adore : " He left … and so what? Sushi still taste damn good!"

Tellement vrai ha! ha !

trinitty a dit…

je maudis la remplaçante et je continue ma route, tant bien que mal mais je continue quand même lool

je ne fréquente plus "ses" proches amis, je dis bonjour de loin avec les fréquentations qu'on a eu ensemble, et je garde les amis qui sont de mon côté haha, ui je suis égoïste!

s'il arrive qu'on se rencontre, jamais (et je touche du bois) je ne le salue en premier; je fais la fière; je me fais belle ... il jette des regards envieux mais je ne le calcule pas, et ça fait vachement du bien!

il m'arrive dès fois de rêver de lui dans mon sommeil et de me sentir mal au réveil, mais je me dis que toujours que la vie est comme une roue de voiture: "an'azy ny aller d anao ny retour" ouz lé akama zay!

et là je me rends compte que je raconte ma vie, j'y go!!!! loool

bon courage kia!

maintikely a dit…

rajiosy:c'est partir de la rupture à l'habitude la plus difficile je trouve :)


crjo: ça me rappelle l'histoire du tee-shirt que tu as mentionné dans l'un de tes posts!lol


trinitty:tu sais, on est un peu pareil pour l'attitude à prendre sauf que l'histoire a évolué mais je ne sais plus dans quel sens!

sarotra ny miaina!
merci pour le courage :)

Rajiosy a dit…

ary sao dia mba tokony asiana "meetic (malagasy ?)" kely kalongany sa hanokatra sity vaovao aho hoe "Pr Babacar Rajiosy soigne les peines de coeur" et accessoirement aide à obtenir le permis/fait rentrer à la maison la personne aimée et même les tee-shirts (ndana koa ty mandeha fa avelao ilay T-shirt)/etc etc etc.

maintikely a dit…

Babacar rajiosy: rehefa tsy hiverina de son propre gré ve izy tsy aleo ho any?
Vavan'ny miseho milay :)

tandremo mikatramo dia hiantsoan'olona julien courbet eo!! lol